Mon compte Contact
Panier
Vous avez 0 article
Total : 0.00 € 
Catalogue de vêtements gothiques, darkwear, chaussure gothique newrock, démonia ... et bijoux gothiques

Espace communautaire gothique
Recherche d'article Recherche d'article
Ajouter un article Ajouter un article


Requiem en Prose ~ Le Départ d'Alexandrin ~


Auteur :Saki Mizer
 + 
Alexandrin se meurt dans son lit d'hôpital.
Couvert d'un linceul blanc pour ne point prendre froid,
Il soulage ses maux par injections létales
D'un philtre délicat suppliant « buvez-moi ! ».

Ressentant ma présence, il ose articuler :
« Voici mon Requiem, mon œuvre inachevée.
De grâce, finis le, sur ma tombe dépose
Au lieu de fleurs en verre, un noir bouquet de proses. »

Je chanterais l'amour si tel est ton désir,
Je pleurerai les jours et noierai mes sourires.

Mes soupirs et battements de cœur me serviront de rythmique tandis que les tiens ralentissent peu à peu...tic, tac, tic...serais-tu en retard ? Serait-ce la raison qui te pousse à avancer ton heure...si la mort n'est pas encore là, c'est qu'elle patiente, elle n'a pas encore besoin de toi, détruis ta montre...reste avec moi, moi dont le cœur en émoi moisit depuis des mois, dis-moi sincèrement...ai-je mérité cela ?

Mon être ensorcelé et tourmenté par un amour à sens unique a trouvé son remède en ta plume, tu as fait de la douleur ma muse et de la solitude mon sanctuaire. Ô compagnon d'infortune, tu l'épousera bien un jour cette sinistre femme vêtue de noir, dont la robuste faux détruit pareillement la pierre des cathédrales, le marbre des discoboles antiques, les diamants et les âmes...

Tic...tic...le douzième coup de minuit engendrera ton dernier vers et, traversant les cieux, vers d'autres horizons tu t'envoleras. Tic...l'ultime alexandrin disparaît sous la prose, cet épais brouillard poussiéreux. Tic...mes rimes me manquent, j'étouffe, je suffoque. Pathétique...tel est réellement mon état, je ne puis avancer d'avantage. Je te regarde t'éloigner, impuissante...

Je pleurerais la vie si tu souhaites partir,
Je maudirais ton nom, sans encre pour l'écrire.

Alexandrin, inerte, est en train de sourire
Dans son funeste lit. Bien que mort il prononce :
« Je ne disparais pas car tel est ton désir,
Et de prose jamais tu n'écriras une once. »



Comment commander Livraison & Frais de port Conditions générales de vente Paiement en ligne Questions Fréquentes Notice légale
Carte VIP Parrainez vos amis Liens partenaires Parrainez vos amis
Paiement en ligne BP systempay Paiement en ligne Paypal Colissimo
 
Conception Lithium Network